Recherche d’emploi: Facebook or not Facebook?

« Même s’il ne permet pas de faire un recrutement aussi ciblé que sur un jobboard, Facebook est un carrefour d’audience inestimable pour les recruteurs »,

Intéressant article paru chez Expectra qui illustre au travers de points de vue divergeants, les « pros and cons » de posséder un profil sur Facebook ouvert  à tous, et notamment accessible aux recruteurs.

n’hésitez pas à réagir en mettant vos commentaires plus bas.

 

Décupler son réseau de contacts

« Même si ce n’est pas sa vocation première, Facebook peut permettre aux candidats de parfaire leur réseau professionnel, au même titre que Viadeo et LinkedIn », Camille Alloing, chercheur R&D en innovations digitales au sein du groupe La Poste.

Une intrusion dans la vie privée

En mettant en ligne des informations d’ordre privé, « le candidat prend le risque d’influencer de manière négative la décision d’un recruteur peu vertueux », François Mathieu, community manager pour le site cBanque.

Débat : Facebook est t-il propice au recrutement ?

Facebook est t-il propice au recrutement ?

Le réseau social, qui fait l’objet d’un engouement sans pareil, est une plateforme qui intéresse de plus en plus candidats et recruteurs. Est-elle adaptée aux attentes de chacun ? Y a-t-il des risques à l’utiliser à des fins professionnelles ? Deux spécialistes partagent leurs points de vue.

L’été dernier, le Ministre de l’intérieur allemand Thomas de Maizière, déposait une proposition de loi visant à limiter l’usage des réseaux sociaux par les recruteurs.
Dans sa ligne de mire : le géant américain Facebook.
Quoique difficilement applicable, ce projet a toutefois soulevé de nombreuses questions parmi les internautes. Et notamment celle-ci : le site communautaire Facebook peut-il être à usage professionnel ?

Décupler son réseau de contacts

« Oui, assure Camille Alloing, chercheur R&D en innovations digitales au sein du groupe La Poste et auteur du blog CaddEreputation. Même si ce n’est pas sa vocation première, Facebook peut permettre aux candidats de parfaire leur réseau professionnel, au même titre que Viadeo et LinkedIn. » François Mathieu, community manager pour le site d’informations cBanque, ne partage pas cet avis. « Pour un candidat, il y a bien plus de risques que d’opportunités à utiliser Facebook autrement que comme un réseau social de relations interpersonnelles. » En d’autres termes : « Pourquoi utiliser Facebook à des fins professionnelles alors que des plateformes comme Viadeo et LinkedIn sont justement dédiées à la mise en valeur des compétences des candidats ? », s’interroge t-il.

C’est pour sa tonalité plus « décontractée » que certains candidats plébiscitent Facebook. « Contrairement à Viadeo et LinkedIn, les candidats inscrits sur Facebook peuvent interagir avec des recruteurs de manière informelle », souligne Camille Alloing. Mieux, la plateforme peut même servir une candidature un peu fade. À défaut de figurer dans un CV, les actions bénévoles et caritatives ainsi que les passions d’un candidat peuvent facilement trouver leur place sur un profil Facebook. « Le réseau social peut compenser un CV trop impersonnel et permettre aux recruteurs de confirmer ou d’infirmer les caractéristiques présentes sur le CV d’un candidat », ajoute t-il.

Une intrusion dans la vie privée

Selon l’ouvrage de Christine Balagué et David Fayon intitulé « Facebook, Twitter et les autres », 45% des recruteurs consulteraient les réseaux sociaux avant d’embaucher un candidat. Il faut donc garder en tête qu’en mettant en ligne des informations relevant de la sphère privée comme l’âge, la situation matrimoniale, la religion, les opinions politiques, les orientations sexuelles, « un candidat prend le risque d’influencer de manière négative la décision d’un recruteur peu vertueux », prévient François Mathieu.
Les cas de discrimination avant l’embauche ou de candidats ayant pâti d’avoir parlé de leur futur employeur sur le réseau social sont d’ailleurs nombreux… « Beaucoup d’internautes mésestiment encore l’impact que peuvent avoir leur propos sur Facebook. Ils ne sont pas assez prudents et mêlent leur sphère professionnelle et personnelle », déplore t-il.

Pour éviter d’éventuelles mésaventures, quelques précautions s’imposent. Créer deux profils – l’un professionnel, l’autre personnel – est une solution efficace « mais qui requiert du temps et de l’investissement » admet Camille Alloing. L’option qui consiste à maintenir privé son profil Facebook, c’est-à-dire accessible à des amis préalablement choisis, est, quant à elle, pertinente et permet d’observer moins de contraintes.

Du côté des recruteurs…

Sur ce point, nos deux experts se rejoignent. « Même s’il ne permet pas de faire un recrutement aussi ciblé que sur un jobboard, Facebook est un carrefour d’audience inestimable pour les recruteurs », assure François Mathieu. Le réseau social vient en effet de passer la barre des 20 millions d’utilisateurs en France. « Difficile, pour les recruteurs, d’être insensible à une telle audience », confirme Camille Alloing.

C’est donc en toute logique que les grands groupes et les cabinets de recrutement ont fait de Facebook leur nouveau terrain de chasse. À travers leur page « Fan », les entreprises publient leurs besoins en termes de recrutement, les profils qu’elles recherchent mais aussi les nouveaux produits qu’elles commercialisent. « Leur présence sur Facebook est stratégique puisqu’elles profitent de sa notoriété pour lancer de vastes campagnes de communication et ainsi soigner leur marque employeur », conclut Camille Alloing.

Aurélie Tachot

Laisser un commentaire

*