l’Innovation au sein de l’entreprise meilleur « booster » de carrière?

Article très intéressant concernant la capacité à innover non plus seulement en tant qu’entrepreneur mais intrapreneur.

Si 85% des talents ont potentiellement la capacité à innover, leur permettre de la traduire en avantage compétitif bien concrêt pour leur entreprise est une autre affaire.

Une démarche structurée pour donner corps aux idées est indispensable. Raphaël H. Cohen, co-directeur académique du diplôme en « Entrepreneurship Business Développement » à HEC Genève, »serial entrepreneur » et « business angel », rompu à l’innovation et l’entrepreunariat, porte à la connaissance de tous son savoir faire au travers du modèle IpOp. Ce modèle est développé dans son e-book téléchargeable librement. Il ne tient plus qu’à vous d’entreprendre!


Comment «booster» votre carrière

Cap sur les pratiques qui stimulent la créativité dans le monde de l’entreprise

Raphael H Cohen Interview  de la Tribune de Genève 25 mai 2011

Winning opportunities, IpOp Model

« Le salarié de l’ère 2. 0 n’est vraiment pas un simple exécutant: on lui demande d’être innovant et créatif. Son chef lui demande de sortir des «sentiers battus» afin de dégager des solutions nouvelles! Si tout le monde en parle, quelle est véritablement cette nouvelle tendance et avons-nous tous un potentiel créatif en soi? Comment donner un coup de fouet à son développement professionnel? Le professeur Raphaël H. Cohen, codirecteur académique du diplôme en «Entrepreneurship Business Development» à HEC Genève, nous explique comment s’y prendre pour s’éclater huit heures par jour au boulot!


Que signifie «booster sa carrière»?

C’est avant tout faire preuve d’agilité. Et exploiter les opportunités qui se présentent. Car saisir des opportunités n’est pas réservé aux créateurs d’entreprises; c’est aussi ce que les personnes en emploi devraient faire pour progresser professionnellement.


Comment trouver ces opportunités?

Le contact avec des clients, partenaires, autres collaborateurs conduit à avoir des idées. Ils n’osent malheureusement pas toujours les présenter à leur hiérarchie, car ils manquent souvent de confiance ou d’outils de validation.


Vous dites que le salarié doit oser pour faire bouger sa carrière?

Oui, mais pas n’importe comment. Il lui faut un mode d’emploi lui permettant de proposer des idées plus abouties à son management après les avoir validées. Le diplôme en Entrepreneurship et Business Development de HEC Genève, ouvert à des personnes sans formation universitaire préalable(http://entrepreneurship. unige. ch), donne justement les clés pour comprendre l’essentiel de la pensée marketing, de la négociation, de la finance et aussi tout ce qui touche aux relations et au fonctionnement des humains.


La créativité est-elle innée ou s’acquière-t-elle?

Il y a trois catégories de personnes dans les entreprises. Celles qui sont «tombées dans la soupe» et qui vont entreprendre toute leur vie, car ils ont la créativité dans leur sang; ils représentent environ 5% de la population. A l’autre extrême, nous retrouvons ceux qui ne peuvent même pas «sentir la soupe», ils sont dans un mode d’exécution et ne seront jamais innovants; on parle d’environ 10-15%. Entre les deux, il reste 80% de gens qui sont réceptifs à l’innovation. L’expérience a montré que, lorsqu’on leur donne des outils, entre 33% et 56% d’entre eux deviennent acteurs de leur évolution professionnelle.


Les entreprises cherchent-elles vraiment à valoriser l’initiative chez leurs salariés?

De plus en plus, car nous sommes dans des univers tellement concurrentiels que la seule voie pour se démarquer est celle de l’innovation. La part de l’économie européenne dans l’économie mondiale va passer de 19% à 7% d’ici à 2050. Compte tenu de cette évolution, la voie de la créativité sera vitale pour maintenir et créer des emplois.

Ces chiffres sont inquiétants. Comment s’adapter concrètement?

Ce ne sont pas les plus intelligents qui survivent, mais ceux qui s’adaptent le mieux. J’ai la conviction que c’est l’agilité qui sera la clé du succès des entreprises, mais c’est aussi celle de la réussite des personnes. Il faudra accepter de changer de métier, apprendre des professions ou pratiques nouvelles à tout moment dans sa vie professionnelle et non plus seulement en début de carrière.

 

Comment aidez-vous les gens à réussir?

En partageant avec eux les règles pragmatiques du succès laborieusement apprises durant ma carrière d’entrepreneur. Le «modèle IpOp», qui permet d’analyser les opportunités pour augmenter les chances de succès, en est un exemple.

 

Quelle suite pour votre carrière personnelle?

Comme «accélérateur de carrières» passionné, je souhaite continuer à stimuler les comportements entrepreneuriaux dans les entreprises. A cet effet, mon nouveau livre sera bientôt téléchargeable gratuitement sur internet(www. winning-opportunities. org). »

Laisser un commentaire

*