l’Adoption des Réseaux Sociaux par les RH suisses en route

Voici un article trouvé dans Contact Plus sur l’adoption récente des réseaux sociaux par les directions de ressources humaines  suisses dans leur processi de recrutement.

Il me semble important de relever ce changement important, ne serait ce que pour adapter les recherches d’emploi et la gestion de carrière.

il va donc devenir de plus en plus important d’utiliser toute la puissance des réseaux sociaux sur internet et de commencer par construire son personal branding et ceci avant même de se retrouver en recherche ou en repositionnement professionnel.

Une des premières étapes consiste à faire une recherche sur Google sur votre nom et de voir le nombre de résultats. Il faut ensuite juger de leur pertinence et de l’adéquation à l’image que vous souhaitez donner à vos employeurs actuels comme potentiels.

L’étape suivante consiste à élaborer un projet professionnel si cela n’est pas déjà fait et de construire des profils correspondants sur les différents media sociaux actuels, le principal étant en général dans le domaine professionnel Linkedin.

Nous y reviendrons plus en détails dans le blog très prochainement! En attendant, je vous laisse prendre connaissance de l’article.

 

« Dans la majorité des entreprises suisses, l’utilisation des réseaux sociaux par les ressources humaines (RH) est assez récente.

Cela se résume souvent aux recherches de candidats dans LinkedIn, en Suisse romande, ou Xing, en Suisse alémanique.
Facebook ne permet pas d’effectuer des recherches en utilisant des critères comme les compétences professionnelles, les langues, etc. Je suis moi-même un utilisateur professionnel des réseaux sociaux et je remarque une sous exploitation généralisée des possibilités offertes par ces outils.

Beaucoup de professionnels des RH préfèrent encore recourir aux réseaux sociaux «off-line» (associations, réseaux), aux annonces presse ou internet pour entrer en contact avec des candidats potentiels.
Cependant, cette tendance a tout récemment commencé à s’inverser grâce à la nouvelle génération de professionnels des RH âgés de 25 à 35 ans. Ceux-ci ont adopté le réflexe d’utiliser des réseaux sociaux. Ces jeunes pros sont consommateurs  d’information, de comparaisons et d’avis de leurs homologues diffusés sur les réseaux. Quand ils recherchent une nouvelle opportunité professionnelle, ils souhaitent connaître l’entreprise, veulent que celle-ci mette en valeur ses éléments de différenciation en tant qu’employeur, ainsi que dialoguer avec leurs semblables dans l’entreprise. Une page institutionnelle sur le site Web de la société, consacrée aux opportunités professionnelles dans l’entreprise, n’est plus suffisante. Les candidats entre 25 et 35 ans recherchent la page Facebook de la société, son groupe d’ex-employés auquels poser des questions, un forum sur lequel obtenir des réponses et des témoignages beaucoup plus «vivants» et directs par rapport aux informations institutionnelles du site de la société, ainsi que des sites spécialisés pour tester la réputation de la société.
Une entreprise qui ne le fait pas perd beaucoup d’intérêt à leurs yeux par rapport à celles qui s’en donnent la peine.

Ces réseaux contribuent aussi fortement à améliorer l’intégration des nouveaux arrivants. Ils facilitent très significativement le dialogue entre les tuteurs, les nouveaux entrants, les homologues, ainsi que la découverte de l’entreprise, en particulier lorsque celle-ci compte plusieurs sites distincts. Cette génération occupe déjà aujourd’hui des postes de recruteurs et de responsables RH au sein d’entreprises suisses. Et, on peut en être sûr, elle va changer non seulement les outils de communication entre les entreprises et les candidats,mais aussi la stratégie de communication des sociétés, qui sera plus orientée sur l’échange et le partage des informations que sur le flux à sens unique de l’entreprise-candidat. »

Vincenzo Ganci

source

Laisser un commentaire

*